AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Can I ? :3 - PV arya

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage



☆ avatar : Yang Yosoeb
☆ Etudes/emploi : Barman


MessageSujet: Can I ? :3 - PV arya Mer 15 Fév 2012, 12:28 pm

Shiwo est un jeune homme au style quelques peut déluré, version «baba-cool», aimant souvent mettre les genres de Sarouel à la mode. Ses cheveux en bataille, et un sac en bandoulière passer dans le dos, il marchait, la musique dans les oreilles, dans les rues d'ikekuburo. Arrivé à la place, il s'assit sur un banc, les jambes remonter contre son torse, et attrapa son carnet de croquis, toujours en chantonnant. D'un geste souple et habitué, il commença à dessiner avec son crayon preféré, le bleu, ce qui l'entourait. Il remplissait des pages et des pages de simples croquis d'observations.

Un groupe de jeune comme lui, tous reconnaissable par un sweat, un bracelet, un truc jaune. Shiwo avait déjà entendu parler d'eux : Les G-boys. Un gang de petit délinquants qui en ont marre de cette société, et de toutes ses règles. Il les dessina rapidement, reproduisant en dessins ce qu'ils faisaient en vrai. Et qu'est ce qu'il faisait? Je crois qui tentait de montrer leur charmes, pas si charmant, à un groupe de filles ressemblant beaucoup à ces filles riches et superficielles.

Le jeune homme balançait sa tête au rythme de la musique, les deux écouteurs dans les oreilles. Il souffla sur sa mèche à l'aide de sa bouche, comme il le fait toujours, et sourit en voyants le groupes de filles rires si facilement, aux numéros des garçons. La société était parfois simple et bizarre non?

Il plongea dans ses pensées en esquissant une tête de tigre, puis de faucon, puis de loup... Il se laissa divaguer, puis au bout de quelques temps, releva la tête pour constater que les deux groupes ne faisaient plus qu'un, et discutaient joyeusement, faisant des grand mouvement de bras, des mimiques rigolotes, et des son parfois assez forts pour les entendre par dessus sa musique.

Il laissa son regard faire le tour de la place, sourit en voyant quelques personnes, la tête basse et le pas rapides, souvent en costume, se dépêchant, comme pour courir s'ennuyer en boulot. Plus loin, une bande de jeunes filles entraient dans un des magasins à la mode, pas loin de là. A sa droite, il posa les yeux sur une jeune femme, dont il ne voyait que la moitié du visage, l'autre cachée derrière ses cheveux. Faisant une moue intéressé, il la scruta et compris après quelques secondes qu'elle écrivait. Elle paraissait belle, mais dégageait quelque chose de plus fort, en écrivant comme ceci, l'air concentrer, mais le regard divaguant. Shiwo se tourna alors afin de l'avoir devant elle, et commença à la dessiner, le sourire aux lèvres.

Quand il arriva au moment de faire les détails de son visage, il ronchonna intérieurement de ne pas la voir mieux, il décida alors de s'approcher. Huzume enleva à de ces deux écouteurs et pris son carnet sous le bras, et s'avança doucement, s'accroupit à côté d'elle et lui sourit gentiment, la dévisageant discrètement, histoire de voir son visage un peu mieux, puis lança d'un ton joyeux :

- Bonjour! Désolé de te déranger, mais j'étais en train de te dessiner, et j'aimerais finir mon dessin.. Je peux?

Il sourit doucement et souffla une nouvelle fois sur sa mèche, pour se dégager les yeux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://Oignons-carnivores.trumbl.com



☆ avatar : Tâm Tit
☆ Etudes/emploi : Étudiante en Lettres à l'université de Waseda


MessageSujet: Re: Can I ? :3 - PV arya Mer 15 Fév 2012, 5:11 pm

Ce jour-là, le temps était si radieux qu'il éblouissait le monde de sa splendide lumière. Ce n'était pas un temps qu'elle appréciait, mais cela l'encourageait à sortir de son petit studio. Une envie de créer, d'inventer et d'imaginer lui traversa le corps tout entier, faisant même parcourir des petits frissons sur sa peau diaphane. Ce fut alors le cœur léger et des idées plein la tête qu'Arya sortit de son cocon pour rejoindre un endroit public où elle prit place sur l'herbe, assise contre un arbre. La douce brise lui chuchotait parfois des mots qui l'aidaient dans son poème, elle avait l'impression que le zéphyr guidait sa plume sur le papier blanc. Le rythme des mots était saccadé, parfois lent ou rapide, mais irrégulier. Toutefois, son plaisir était à moitié brouillé par ce charivari que mettait le monde en oeuvre, l'empêchant de se délecter du grincement de la plume qui se plaisait à chatouiller la feuille de papier. Sa concentration était donc souvent stoppée par ces bruits assourdissants et dans ces cas-là, la jeune femme regardait aux alentours pour se changer les idées.

Alors que son regard vagabondait sur différents objets, végétaux, cailloux, hommes, femmes ou enfants, ses yeux arrêtèrent leur course lorsqu'ils se posèrent sur un jeune homme qui semblait gribouiller, voire dessiner quelque chose dans un carnet. Un petit sourire se dessina sur ses lèvres roses alors qu'elle baissait une nouvelle fois la tête pour contempler ses écrits. Ce n'était pas mauvais, mais pas extraordinaire non plus... Son sourire s'effaça, laissant place à un profond soupir empli de tristesse et de désespoir. Lasse, elle s'étira comme un chat et dans un geste bref, elle replaça ses cheveux derrière son dos.

En observant les diverses personnes qui se tenaient devant elle, Arya éprouva un certain dégoût pour ces filles qui gloussaient et criaient, rien que pour faire comprendre au monde qu'elles étaient là, cherchant à séduire une série de garçons pas forcément intéressants. Il ne fallait jamais juger un livre par sa couverture, et Arya ne supportait pas qu'on fît l'inverse. Ses filles superficielles et ces pauvres types n'avait d'attachement que pour l'esthétique physique. La morale était sans aucun doute un concept qu'ils ne comprenaient pas. La jeune fille adorait lire des livres, mais elle aimait également lire dans l'être humain, chercher ce qui est bon ou mauvais chez lui et déchiffrer ce qu'il y avait entre les lignes. Personnes ne lisaient entre les lignes de la jeune fille, tous voyaient une petite teigne frustrante et coincée. Elle ne disait que la vérité pourtant... Pourquoi le monde la réclamait autant, si c'était pour se bercer d'illusions lorsque cette dernière ne lui convenait pas?

Le temps qu'elle eût réfléchi sur certains aspects de la vie, le jeune homme qu'elle avait aperçu auparavant s'était assis en face d'elle, lui demandant s'il pouvait illustrer son portrait. Dans un premier temps, son sourire l'émut, mais dans un second, il l'agaça presque. Encore un qui était naturellement joyeux... Mais bon, Arya ne put s'empêcher de rougir un peu lorsqu'elle réalisa enfin qu'il l'avait prise pour modèle.

« Pourquoi dessiner le portrait d'un vulgaire bulbe, alors que de nombreuses fleurs plus belles les unes que les autres se tiennent juste à côté de toi? »

La jeune fille détourna le regard. Elle était gênée d'être ainsi observée et n'avait pas l'habitude à ce qu'on lui prêtât autant d'attention. Elle remit lentement une mèche rebelle derrière l'une de ses oreilles, puis ajouta:

« Oh et puis fais ce que tu veux. Si tu l'as commencé, tu dois bien le finir non? »

Elle lui adressa un petit sourire désolé, car malgré ses propos, elle s'en voulait toujours d'être aussi glaciale.

Et qui sait? Peut-être que lorsqu'il aurait achevé son œuvre, il l'exposerait au soleil et ainsi, le "vulgaire bulbe" s'épanouirait en une magnifique fleur?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



☆ avatar : Yang Yosoeb
☆ Etudes/emploi : Barman


MessageSujet: Re: Can I ? :3 - PV arya Jeu 16 Fév 2012, 8:05 am

- Bonjour! Désolé de te déranger, mais j'étais en train de te dessiner, et j'aimerais finir mon dessin.. Je peux?

shiwo sourit intérieurement en voyant les traits de la demoiselle changer, pour laisser place à ses joues quelque peut rouge, et s'assit en tailleur devant elle, en l'entendant dire de sa voix qui chante presque :


« Pourquoi dessiner le portrait d'un vulgaire bulbe, alors que de nombreuses fleurs plus belles les unes que les autres se tiennent juste à côté de toi? »

Shiwo fit une moue à la limite de bouder, la voyant détourner le regard. Il posa son carnet sur ses genoux et la regarda en souriant très doucement, l'analysa et l'observa quand celle ci remit une de ses mèches, la fixa sans trop insister, ne voulant pas paraitre insistant ou chiant. Il réfléchis à ce qu'il pourrait répondre, analysa et repassa dans sa tête les mots de la jeune femme, puis avant qu'il ne réponde, elle ajouta :

« Oh et puis fais ce que tu veux. Si tu l'as commencé, tu dois bien le finir non? »

c'est quand elle tourna à nouveau la tête vers lui et afficha un si mignon sourire, qu'il en put s'empêcher de sourire de plus belle. C'est d'un ton calme mais attachant qu'il répondis après avoir repris son cahier et son crayon, et commençait à la dessiner :

- Tu sais, souvent les belles fleures cachent des intérieurs fanées et pourris...

Il s'arrêta dans sa phrase pour relever la tête vers elle, et plonger son regard dans le siens, un sourire mi charmeur, mi gêné à la demoiselle :

- Et puis tu te dis bulbe, mais quand on sais regarder, tu es beaucoup mieux que racine... Tu à l'air fraiche, tu à l'air de te balancer au rythme du vent, et puis je te le cache pas, tu as une jolie frimousse!

Shiwo sourit plus franchement, ravi de voir ses réactions, il mordilla son crayon tout en l’écoutant répliquer, puis repris une mine plus concentrer, gribouillant les traits fins de la demoiselle, reproduisant presque à la perfection ses yeux, ses beaux yeux en amandes, ses petites pommettes et son air, indescriptible, envoutant...
Le jeune homme leva la tête vers le ciel, pour mieux sentir cette petite brise qui parcourait son visage, comme si il lui marchait dessus, puis baisse la tête aillant une prise de conscience flagrante : Elle écrivait. Elle écrivait et apparemment, souvent, alors dans son dessin, il devait montrer qu’elle écrivait. Il repris alors son analyse de la jeune fille devant lui, toujours se petit sourire au lèvre. C’est avec une petite moue satisfaites qu’il rajouta en deux trois temps, puis en inscrivant les détails, la feuille et la plume poser près d’elle. Il revint fignoler son visage puis d’un geste fier, mais calme, il retourna son carnet et le montra à la jeune femme. Il avait tant essayer de montrer et son intérieur, et son extérieur, qu’il remarqua que son dessin ressemblait trait pour trait à la demoiselle qu’il voyait devant lui, les cheveux légèrement dans le vent, toujours se ton rose sur ses joues, et se regard.. indescriptible, comme son air.
Il souffla à nouveau sur sa mèche avant de rajouter tranquillement, le sourire aux lèvres :

- Tu vois, tu peux être bien plus belle que les plus belles des fleures, quand tu veux !

Il se fichait d’être peut-être un peu trop cru, ou un peu trop... piquant, mais il disait la vérité, toujours, souvent.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://Oignons-carnivores.trumbl.com



☆ avatar : Tâm Tit
☆ Etudes/emploi : Étudiante en Lettres à l'université de Waseda


MessageSujet: Re: Can I ? :3 - PV arya Jeu 16 Fév 2012, 5:46 pm

La joue de la jeune fille se sentit écrasée par le regard du jeune homme. Arya sentit sa peau bouillir malgré la légère brise qui lui caressait la pommette. Quand elle lui eut souri, il se mit à sourire également. Arya ne souriait pas souvent, et peut-être qu'inconsciemment, il était ravi de ce "cadeau"? Enfin, elle ne savait pas vraiment si elle lui avait offert un véritable sourire ou un rictus plutôt désagréable à regarder.

Le temps parut très long lorsqu'un ange passa entre les deux protagonistes. La jeune fille crut même l'apercevoir dans sa paisible course. Elle avait tellement l'habitude d'être seule qu'elle conversait souvent avec le silence. Puis, de sa belle voix de baryton, le jeune homme rompit ce silence en écrivant différentes notes sur la partition de leurs échanges. Quelques croches donnaient un rythme à ses mots, ses intonations et ses brefs arrêts semblaient achever chaque mesure...

Le hasard était au rendez-vous, puisque le vent apporta le pollen d'une fleur et le fit pénétrer dans l'appareil olfactif de la jeune fille. Celle-ci se mit donc à éternuer deux fois de suite, mais de manière plutôt discrète.

« Oui, il y a quelques fleurs que je ne peux pas supporter... »

Alors que son regard s'ancrait dans celui de son interlocuteur, Arya semblait figée, dépourvue d'émotions... Mais le voilà qu'il souriait à nouveau, d'un sourire élégant et doux. Ses joues rougirent de plus belle, car il n'était pas fréquent qu'elle pouvait admirer un si beau tableau... Elle avait une nouvelle fois détourné son regard, ne voulant sous aucun prétexte se laisser amadouer de la sorte. Alors qu'elle affichait un air qui se voulait être indifférent, le jeune homme reprit la parole. Elle écarquilla les yeux lorsqu'elle entendit le mot "vent", puis se tourna vers lui, le toisant avec surprise et ébahissement.

« Il est vrai que le vent a de grandes influences sur moi... »

L'air était son élément préféré, son maître et son guide. Elle était un peu comme lui finalement, imprévisible, mystérieuse et indécise. Le vent ne savait pas où il allait, tout comme elle. Cependant, son chagrin permanent venait du fait qu'elle n'était pas « libre comme l'air », au contraire, elle se sentait constamment prisonnière de ces chaînes qui entravaient la poursuite de ses rêves. Quelles étaient-elles? Arya n'en savait rien.

Alors qu'elle sortait peu à peu de sa rêverie, la jeune fille se perçut à travers le dessin que le jeune homme était en train de lui montrer. Elle fut impressionnée par son talent mais se retint d'avouer l'émerveillement qu'elle éprouvait. Ses joues restèrent roses, car il venait de la complimenter sur sa beauté. Toutefois, au lieu de le remercier, elle lâcha un petit « Mmh! » en tournant vivement la tête vers le côté, puis déclara d'un ton faussement ironique :

« Moi aussi je sais dessiner! »

Puis elle lui tira la langue pour se moquer gentiment de lui. Elle joua avec ses cheveux, tout en le regardant d'un air neutre, puis enleva une feuille qui s'était glissée jusqu'à ses genoux. Elle était de bonne humeur en cet instant, et c'était en partie grâce à lui.

« Au fait, comment t'appelles-tu? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



☆ avatar : Yang Yosoeb
☆ Etudes/emploi : Barman


MessageSujet: Re: Can I ? :3 - PV arya Mer 22 Fév 2012, 10:53 am

« Oui, il y a quelques fleurs que je ne peux pas supporter... »

Shiwo la trouvait si mignonne, les joues rosies par la timidité, à éternuer, un peu comme un jeune chaton. Il souriait, ravi d'avoir fait la connaissance de cette belle fleure. son sourire s'éternisa quand il compris qu'il avait taper juste. Elle aimait le vent. Elle était le vent. Indécise, des fois tornade, des fois brise. Le jeune homme la trouvais belle, renfermée et indécise, mais belle. Il adorait ces moments, a ses yeux long, mais peut être qu'ils ne duraient qu'une demi-seconde, ou leurs regard se croisaient, ou l'un et l'autre aurait pu se plonger dans ses regards profonds et intense. La scène d'un œil externe devait être, à la fois beau, et bizarre. En prenant du recul, vous ne voyez la que deux personnes du sexe opposés, les deux un crayons à la main, parlant peu mais se regardant l'un l'autre beaucoup.

C'est quand Shiwo lui montra son dessin qu'elle tourna la tête avec cet air si mignon de timidité, elle lança un « Mmh! » timide et joyeux à la fois. Il rit à la suite de sa réplique, disant qu'elle aussi savait dessiner. c'est avec un grand sourire suivit d'un petit rire joyeux qu'il lui tendit son carnet d'un geste sur et familier. Elle regardait le sol, jouant avec ses cheveux. Si Huzume n'était pas si proche d'elle, il l'aurait dessiner, de plus loin, encore, et encore, avant de tourner la tête et de dessiner quelque chose d'autre...

Shiwo avait l'impression que l'humeur de la demoiselle avait quelque peut changer. Était-ce grâce à lui? Il n'en savait rien, et à vrai dire, ne voulais pas savoir. C'est à ce moment que sa belle voix retentis :

« Au fait, comment t'appelles-tu? »

Le jeune homme sourit, ravi qu'elle le lui demande, peut-être était-ce un premier pas pour une deuxième rencontre, c'est alors d'une voix joyeuse et sur, qu'il répondis :

« Mon prénom c'est Shiwo, et je t'appellerais petit bourgeon, à partir d'aujourd'hui! »

Il ris doucement puis repris :

« Et sans rire, c'est quoi ton petit nom? Tu viens souvent ici? »

Shiwo souriait presque en continue, il était tellement ravie d'avoir ouvert rien qu'un peu les fleures de cette jeune femme qu'un rien aurait pu, à l'instant même, le faire éclater de rire. C'est dans le petit instant de silence, entre sa question et la réponse de la demoiselle, qu'il se rendis compte qu'il avait laisser tourner la musiques dans ses écouteurs, il remis un des écouteurs à son oreille et après deux mouvement de tête d'acquisition, tendis la deuxième oreillette à la belle inconnue. Dans les oreillettes tournait un morceau de reggea ska à la "Selah Sue", une jeune chanteuse anglaise, à ce qu'il parait. Il sourit doucement à son interlocutrice et l'écoutait parler, la laissant enfin lui dévoiler son prénom :


« Très jolie prénom, vraiment! ... tu aimes? la musique.»

Le jeune homme s'approcha d'un demi pas, et s'assit en face d'elle en tailleurs, dans la même position que précédemment, mais plus près pour permettre en fil de se détendre quelques peut.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://Oignons-carnivores.trumbl.com



☆ avatar : Tâm Tit
☆ Etudes/emploi : Étudiante en Lettres à l'université de Waseda


MessageSujet: Re: Can I ? :3 - PV arya Jeu 23 Fév 2012, 5:58 pm

Les regards que les deux jeunes gens échangèrent étaient si profonds qu'on avait l'impression qu'ils cherchaient à comprendre ce qu'éprouvait l'autre, à l'instant même. Arya s'évertuait à lire dans ce regard si tendre et empli d'une infinie douceur. Cet homme avait un visage d'enfant, un visage recouvert par une épaisse couche d'insouciance, un visage entièrement dépourvu des traits de l'amertume et du chagrin. Alors, en le regardant, la jeune fille avait l'impression de caresser un rêve et d'être bercée par les flots de l'illusion. Cet optimisme démesuré s'était ajouté de manière imprévisible à ce répugnant cocktail qu'était la réalité. Grâce à ce sourire , l'effroyable mélange était à présent d'une couleur plus vive et plus écarlate. Cette couleur fit fondre le cœur glacé de la jeune fille et d'ailleurs, elle se délecta de cette soudaine vague de chaleur qui enveloppait son âme toute entière.

Mais lorsqu'Arya se laissait pousser des ailes, la réalité l'arrachait toujours de ses mains rêches pour la rattacher à la terre. Pétrifiée de peur à l'idée de tomber une nouvelle fois de haut, la jeune fille demeurait immobile à même le sol et prenait racine. Elle ne voulait pas s'attacher à lui, il ne la supporterait pas longtemps. Elle était plus souvent méchante et ignoble qu'elle n'était gentille et douce. Ce fut alors que les chaînes de la crainte et de la méfiance enlacèrent fortement l'âme de la jeune fille, de manière à éviter tout échappatoire qui pourrait lui causer du tort.

Cependant, c'était plus fort qu'elle. Arya était comme un gâteau au chocolat un peu trop cuit : dur à l'extérieur, mais pourtant fondant à l'intérieur. Elle prit timidement le carnet que lui tendait le jeune homme avant de regarder dans le vide.

« Tu veux que je dessine quelque chose en particulier? »

Cet homme l'agaçait quand même un peu avec son sourire. Arya avait toujours détesté les gens qui souriaient trop, car elle estimait qu'ils se voilaient la face. Il était inutile d'être heureux face à un monde aussi cruel et impitoyable. Pour elle, ces personnes étaient comme Icare, cet homme mort à cause de son ambition trop grande : à force de voler trop haut, nos ailes se brûlaient et on finissait par se noyer dans les ténèbres de la mer.

Mais comment résister à ce sourire? Arya avait tantôt envie de le frapper pour lui remettre les idées en place, tantôt elle désirait l'admirer encore et encore pour oublier tous ses tourments. Elle était sans cesse partagée entre deux émotions extrêmement opposées l'une à l'autre.

« C'est mignon Shiwo... Enfin je trouve. »

Elle sourit au surnom qu'il lui avait donné. Shiwo avait replacé un des ses écouteurs dans l'une de ses oreilles, avant de tendre l'autre à la jeune fille. Elle le prit et le plaça volontiers dans son oreille.

« Je m'appelle Arya. Je ne sors pas souvent de chez moi donc je ne connais cet endroit que très peu... »

Elle prêta attention à la musique qui déferlait dans la partie gauche de son crâne. Elle haussa les épaules alors que Shiwo se rapprochait un peu plus d'elle.

« Bof, ce n'est pas trop mon genre... Je préfère la musique de la nature. »

Un petit sourire malicieux se dessina sur ses lèvres, puis elle retira les écouteurs de leurs oreilles. Elle approcha sa main vers le visage du jeune homme, de manière à ce qu'il fermât ses paupières.

« Écoute le son du vent, des feuilles... Oublie les bruits des moteurs et les voix des gens. Tu verras alors que la nature est très bavarde. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



☆ avatar : Yang Yosoeb
☆ Etudes/emploi : Barman


MessageSujet: Re: Can I ? :3 - PV arya Dim 18 Mar 2012, 4:51 pm

Le jeune homme souriait doucement, touché par la belle fleure avec qui il parlait, et était ravi de son petit effet, qui semblait avoir fait fondre un peu la glace.

« Tu veux que je dessine quelque chose en particulier? »

Sa voix avait retentis une fois de plus comme une mélodie effleurant l'esprit du jeune homme. Ce dernier posa son regard sur la feuille et la plume posée près de "petit bourgeon", releva la tête pour la regarder, et répondit doucement :

« Dessine ce que tu écris? »

La belle Arya venait de dire qu'elle ne sortait pas beaucoup, se qui parut très bizarre à notre jeune asiatique, qui lui passait presque tout son temps dehors, au soleil, sous la pluie, dans le vent ou dans la chaleur douce de l'été... il se dit également qu'avec plus de soleil, peut-être que se petit bourgeon fleurirait plus vite, et s'ouvrirais un peu au monde. Shiwo la voyait se concentrer sur la musique, est cacha sa déception quand elle dit que ce n’était pas trop son genre, mais resta silencieux quand elle rajouta d'une voix douce, envoutante, et claire après avoir enlever les écouteurs de leur oreilles et un petit sourire :

« Écoute le son du vent, des feuilles... Oublie les bruits des moteurs et les voix des gens. Tu verras alors que la nature est très bavarde. »

Elle posa en même temps une de ses main devant le visage du jeune homme, pour l'inciter à fermer les yeux. Ce dernier ferma automatiquement les yeux et l'écoutait, il se focalisa alors sur la voix de la jeune fille, puis oublia peut à peut les voitures et les cries des gamins, ou encore les hommes qui riait fort. Il laissa la nature autour de lui l'envahir, ouvrit un oeil pour regarder Arya, voir son petit sourire et ses yeux noisettes, le referma aussi tôt avant qu'elle ne se rende compte de quelque chose et laissa son esprit divaguer au son des oiseaux, au bruit du vent dans les feuilles. L'odeur délicieuse du parfum de la demoiselle déferla également dans ses narines, mélanger aux bruits des feuilles. shiwo sourit betement et murmura :

« C'est vrai que c'est beau... »

il ré ouvrit alors les yeux pour regarder Arya, lança doucement, pour ne pas casser cet instant :

«Je m'incline, tu sais écouter, et tu sais aussi me faire écouter... »

Le jeune homme sourit malicieusement, et se redressa un peu, s'étirant comme un félin, et laissant sa bouche entre-ouverte le temps d'un baillement discret, puis rit doucement à ses gestes et lance :

«Je ferais bien une sièste au soleil, à écouter tout ses nouveaux bruits auquels on ne fait pas tellement attention... Mais j'écoute la nature des fois hein! Quand je me balade en foret... »

Shiwo, géné, se trouvais presque ridicule à essayer de se justifier comme cela, il passa sa main dans sa nuque et remit ensuite une mèche en place, légerement souriant.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://Oignons-carnivores.trumbl.com



☆ avatar : Tâm Tit
☆ Etudes/emploi : Étudiante en Lettres à l'université de Waseda


MessageSujet: Re: Can I ? :3 - PV arya Mer 25 Avr 2012, 10:38 pm

Arya eut un sourire gêné...

« J'écris des émotions, je ne sais pas vraiment comment les dessiner. »

La jeune femme fit mine de réfléchir en regardant au-dessus d'elle. Le ciel semblait accueillir sur son immense scène des nuages qui virevoltaient et des oiseaux qui chantaient. C'était d'un classique qui laissa Arya de marbre. Elle n'allait pas dessiner ses émotions, c'était trop absurde, non? Non? Si, elle allait finalement les crayonner sur son petit morceau de papier. Et pour cela, il suffisait juste qu'elle les personnifiât.

Pourtant, ce qu'elle ressentait constituait un véritable désordre... Comment créer une œuvre d'art dont le thème principal serait l'harmonie avec une telle foule de sentiments contradictoires? Son dessin était tout bonnement impossible à réaliser... Elle n'avait plus qu'à transcrire ses sibyllins désirs sur le papier vierge.

L'esprit d'Arya était -selon ses envies- une immense forêt verte, mais pas n'importe laquelle. Il s'agirait d'une forêt où ses calmes émotions glisseraient entre les feuilles des arbres, où ses peines furtives se noieraient dans un joli ruisseau. Chaque animal représenterait un de ses caractères : l’écureuil pour sa gourmandise, l'oiseau pour ses rêves de liberté, le lapin pour ses envies de fuir un monde qui l'effraie... Rien ne serait laissé au hasard dans son esprit où régnerait l'ordre.

Le soleil semblait briller sur son esquisse et la jeune femme en fut surprise. Elle qui aimait tant la pluie, elle avait laissé paraître des rayons de soleil qui se reflétaient dans le minuscule court d'eau. Même les petits écureuils se réfugiaient dans leurs abris, éblouis par cette forte lumière.

Était-ce son inconscient qui s'exprimait à travers cette lueur? Cela signifiait-il une quelconque envie de comprendre ce monde qui l'entourait? Ou bien était-ce l'unique moyen pour qu'elle pût s'épanouir majestueusement? La lumière serait-elle le remède à tous ses maux?

« Ben non... Suis-je bête. », pensa-t-elle à haute voix.

En tout cas, son croquis était très réussi. Fière de son travail, elle montra son œuvre au jeune homme et lui demanda ce qu'il en pensait. Elle ne savait pas pourquoi, mais le visage de Shiwo lui faisait penser à cette fameuse forêt. Son air d'enfant était si candide qu'il lui donnait envie de croire à un monde meilleur, mais qui relèverait également du merveilleux. Un mélange de réalité et d'illusion...

Elle s'étira comme un chat et contempla Shiwo:

« Il faut que je me dégourdisse! Ça te dit une petite promenade? »

Ses jambes et son dos lui faisaient un peu mal, mais cette petite douleur suffisait à la rendre dingue.
Arya aimait beaucoup se balader, car son corps en mouvements suscitait en elle une petite part de joie, comme si elle était ravie de pouvoir au moins décider de la manière dont elle marchait. Pour elle, c'était sa seule liberté. Elle avait beau parler et penser ce qu'elle voulait, cela la faisait tout le temps culpabiliser. Se mouvoir juste pour se dégourdir ne dissimulait aucune conséquence néfaste à la clé, rien ne dépendait de ses mouvements et sur ce point, elle était totalement indépendante, livrée à elle-même.

Dans sa rêverie, elle ignorait qu'elle était en train de sourire au jeune homme qui se tenait devant elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


« Contenu sponsorisé »





MessageSujet: Re: Can I ? :3 - PV arya

Revenir en haut Aller en bas

Can I ? :3 - PV arya

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Midnight Ikebukuro :: # IKEBUKURO. :: Metrop.art Space-