AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

✜ The last December. [ Pv : Yoshida Masashi ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage



☆ avatar : Kim Ki Bum ;; Key des SHINee.
☆ DC : En aucune façon.
☆ Etudes/emploi : Dealer en soirée, Etudiant en littérature la journée lorsqu'il n'est pas trop camé. Reluisant n'est-ce pas ?


MessageSujet: ✜ The last December. [ Pv : Yoshida Masashi ] Dim 23 Oct 2011, 1:38 am


Ihn Hyuk & Masashi


<< 23 : 55 >>
Aujourd'hui,

Depuis quand n'ai-je plus le temps à rien ? Depuis quand les mots me manquent, le sommeil, les jours s'écourtent et ma fatigue s'éveille ? Qu'en sais-je. Mais je trouve encore le courage de le noter, d'une mystérieuse façon sans pouvoir m'arrêter. J'ai l'impression que le temps glisse sous mes doigts, que mes projets s'évadent et que ma destinée est sous terre. Je reste en surface, mais plonger est sûrement ce que je sais le mieux faire pourtant. Pourtant, j'ai rien touché. J'ai rien pris, je suis sobre et pas si peu souvent qu'on le dit. Je sais juste que quand la dépendance viens c'est l'enfer. Et que lorsqu'elle repart, le paradis devient synonyme à l'addiction. Ma seule amie, ma seule ennemie. Tout dépend du moment comme je dis. Je devrais griller ses foutus journal, faire un joli feu de joie avec. Mais c'est sûrement la seule chose extériorisant ce que je ressens, le seul truc qui me raccorde un peu avec moi-même si l'ont veut, alors.. M'en défaire s'avérerait être un beau calvaire.
Fin de la page.

Reposant le stylo, je la regarde. Observant mes lignes, sachant que jamais plus je n'y retournerai pour les observer. La raison ? Mon estime s'abaisserait bien vite, sous certains de mes écrits autobiographique. Le soucis, c'est que je ne sais pas la fin. Et lorsqu'elle arrivera je n'aurai pu dire si cette histoire en valait la peine ou pas. Selon mon avis je dirai " pas " mais bon, c'est toujours comme ça. On ne voit la valeur des choses que l'on a qu'à la fin, et peut-être que je ne regarde pas bien. Peut-être qu'un espoir se loge je ne sais ou ? Ah, c'est un truc de désespéré, ça. Se raccrocher à une idée qui n'existe pas. Et dans un soupire mes yeux s'aventurent sur les personnes autour de moi. A décrire, ce n'est pas vraiment fameux tout ça. Un homme d'affaire me semblant perdu dans ses songes, d'un air me faisant penser que la fin de ce trajet il ne l'attend pas. Une jeune fille en jupe courte, trop courte, alors qu'elle tente de cacher de son large manteau ses bas. Des lèvres rouges sang, un regard agrandis par une dose de maquillage plutôt considérable.. Je vois en cette inconnue, ce que je vois en moi. Dans le fond, les êtres humains ne sont pas si différents les uns des autres sur certains points. Il suffit de regarder une solitude commune dans la plus part des yeux que l'ont croisent dans cette ville, bien que ça je ne le ressens pas vraiment à bien y réfléchir. Je dirai que je suis d'une catégorie de gens qui se cherchent sans se connaître, bien malheureux sont ses idiots là et je ne l'ignore pas. Ah, un enfant qui n'a rien à faire là. Douze, treize ans ? Il m'inspire rien de trop particulier celui là. Assis contre son siège, à regarder le paysage dehors.. Cette vue me fait imaginer un gosse qui a perdu ses parents, et qui rêve qu'au fil des arbres défilant ils reviennent. Sûrement suis-je entrain de m'ennuyer, pour détailler chaque individus de ce métro comme si je les connaissais. Sûrement que je me demande encore dix huit, bientôt dix neuf ans plus tard ce que la vie à de meilleur ailleurs. Ce que la vie est pour les autres, ce qu'elle représente pour eux. Sûrement serai-je déjà bien aidé si moi-même je le savais.

D'un geste reposant mon cahier, je le range dans ce qu'il me serre de sac en repensant à ou je vais. Car oui, ce n'est pas sous mon propre plaisir que je fais un tour dans les transports en commun. Dans ce dit-sac se reposant contre mes cuisses, se trouve une bonne partie de ce que je vais vendre à une cliente déjà bien paumée. Une bonne partie de la misère que comme un enfoiré de première j'apporte à un adolescente encore plus perdue que je ne le suis déjà. Comme elle paie ce que je lui transmet ? J'en sais rien. J'ai jamais cherché à connaître mes clients, ni à les comprendre. Nos raisons se rejoignent, mais malgré tout son différentes. Pour moi c'est juste une promenade de santé ou je deal, ou je vend ce que j'ai en récoltant un bon paquet de blé. Mon propre bénéfice personnel et je dois l'avouer, et plus important que ses inconnus que je ne fais que croiser. Je me considère pas comme l'ange qui monte les escaliers, non. Au contraire, mais j'en ai rien à faire. Rien n'a d'importance il faut croire dans le fond, tout n'est qu'un choix. Leurs choix, mes choix. C'est si fatidique sûrement.. Mais c'est ainsi. D'un geste je me redresse, liant mes doigts à une de ses barres pour simplement.. Me dégourdir les jambes, lever mes fesses du siège. Y a besoin de raison pour ça ? Je pense pas. Même si je suis pas arrivé, j'arrive vers la sortie et là je m'assied. Quelqu'un se trouve face à moi, mais j'ai pas vraiment pris le temps de regarder qui c'est, ou de l'analyser. Si j'avais été psy, ou je ne sais quoi.. ça se saurait. A même le sol j'attrape un écouteur, le mettant à mon oreille.. Laissant un air bercer le silence, un air me faire frissonner avec importance. Je pense qu'à présent, le temps peu s'écouler tranquillement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

« Invité »





MessageSujet: Re: ✜ The last December. [ Pv : Yoshida Masashi ] Dim 23 Oct 2011, 3:17 pm




Ihn Hyuk & Masashi

Masashi fixait le sol, d'un air blasé, et jouait doucement avec des petits cailloux, les écrasant sous son pied, ou les faisant disparaître à grand coup avant d'en prendre un autre pour cible. A vrai dire, il s'ennuyait beaucoup, et ne savait pas vraiment quoi faire pour s'occuper. Il n'avait personne avec qui traîner, ce qui ne lui arrivait que très rarement depuis qu'il était avec les G-Boys, et il n'arrivait pas à s'empêcher à penser à son passé. Il tapa dans le dernier caillou a sa portée, et finit par se laisser tomber brutalement sur le sol, ne grimaçant même pas sous la douleur qui lui traversa tout le dos. Après avoir continuer à jouer distraitement avec le sol, il releva la tête et observa ce qu'il y avait tout autours de lui. Il ne connaissait pas l'endroit où il était, et il ne se souvenait même pas de comment il avait atterri ici. Il avait du avoir, comme très souvent ces temps-ci, un moment d'absence. Il se releva en s'aidant d'une de ses mains, et se mit à marcher lentement, la tête baissée, réfléchissant à ce qu'il pourrait bien faire. Il pourrait... Dormir au soleil ? Dans de l'herbe verte et fraîche, sous le soleil doux et réchauffant, déchirant entre ses doigts la pousse verte, et s'aveuglant sous la lumière jaune, détruisant toute sa vigilance, déjà minime, ce qui permettrait à n'importe qui de l'achever en silence ? Il s'imagina un instant dans cette situation avant de se dire que ce n'était pas la bonne solution pour s'occuper. Certes il aimait se la couler douce, mais, dans un intérieur clos où il ne risquerait rien et où souvent il y avait quelqu'un qu'il connaissait pour lui donner un sentiment de sécurité.

Il s'arrêta au beau milieu de la rue qui lui était encore inconnu, et leva la tête pour fixer le ciel où passait un oiseau. Ce qu'il aimerait voler ! Ça devait être tellement impressionnant de pouvoir voir tout ce qu'il se passait en dessous de sois, et d'être à l'abris de n'importe quel danger, ou bien le voir à l'avance et se mettre en sécurité. Il rêva encore quelques instant, jusqu'à ce qu'il se mit à tanguer à force de rester debout dans la même position. Il remit sa tête droite, et fixa l'horizon droit devant lui, s'étonnant un peu de voir que la rue était toujours vide. Il se mit à marcher, le bruit de ses pas traînant résonnant contre les murs des maisons, créant une atmosphère peu agréable de l'avis du jeune homme. Il passa une main dans ses courts cheveux teint en un roux un peu sale et dont les racines noires apparaissait de façon flagrante. Il se dit qu'il les laisserait encore un peu comme ça. Après tout, il n'en avait cure de son apparence. Il marcha à travers plusieurs rues, avant de voir une quelconque animation. Il se dirigea vers la source de vie, et trouva en chemin une bouche de métro. Il resta un instant immobile devant cette découverte, avant de se dire que ce serait une bonne idée d'y aller pour découvrir où il était localisé. Il descendit les quelques marches qui le mèneraient au souterrain, et découvrit une animation qui jusque là ne lui était pas parvenue. Il y avait beaucoup de monde qui marchait, à une vitesse plutôt soutenue, et qui sans faire attention à sa personne - ce a quoi il était maintenant habitué - lui rentrait dedans, ne prenant même pas le temps de s'excuser pour leur maladresse.

Après avoir traîner un certain temps à regarder le spectacle des gens circulant avec une habitude déconcertante, il se décida à entrer dans une des rames, faire un petit voyage qui le permettrait peut être de se changer les idées. Il était entré, et s'était tout de suite assis face à la porte, en tailleur sur un des nombreux sièges vides. Il ferma les yeux et laissa tombé sa tête contre le dossier, s'installa un peu plus confortablement, donnant l'air d'être inattentif a tout ce qui l'entourait, alors qu'au contraire, il était aux aguets, près à fuir à la moindre circonstance inquiétante. Au fil du temps, il commençait vraiment à s'endormir, se laissant bercer par les mouvements de balancement incessants du moyen de transport, puis, soudainement, il ouvrit grand les yeux en se redressant. Quelqu'un l'avait surpris en s'asseyant face à lui. Il le fixait attentivement, alors que l'autre avait l'air de ne même pas avoir remarqué sa présence, le faisant confirmer qu'il était vraiment une personne très transparente. Il continuait de le fixer, réalisant peu qu'il pouvait gêner la personne face à lui. Le jeune homme lui disait quelque chose, il avait une tête qu'il n'arrivait pas à oublier, mais en même temps, qu'il n'arrivait pas à identifier. Il se passa quelques minutes, durant lesquelles ses yeux n'avaient toujours pas changé de cible. Il voulait être certain qu'il le connaissait, pour ne pas rester dans le doute. Mais... Aborder un presque inconnu n'était vraiment pas son genre. Qu'est ce qu'il devait faire ? Se lancer ? Ne pas se lancer ? Ignorer simplement ses pressentiments comme il le fait toujours ? Prendre son peu de courage à deux mains, et parler ?

    « On se connait, non ? »

Revenir en haut Aller en bas



☆ avatar : Kim Ki Bum ;; Key des SHINee.
☆ DC : En aucune façon.
☆ Etudes/emploi : Dealer en soirée, Etudiant en littérature la journée lorsqu'il n'est pas trop camé. Reluisant n'est-ce pas ?


MessageSujet: Re: ✜ The last December. [ Pv : Yoshida Masashi ] Lun 24 Oct 2011, 12:20 pm


En effet. Il se trouve, que bien que ma tête reposait sur le côté et que la musique m'envahissait.. Je ne pouvais pas ne pas remarquer justement, qu'une personne à l'identité que je pensais encore inconnue me fixait. Au début, j'ai laissé couler. J'avais pas très envie de m'embêter à regarder, les critères de toute façon ne sont pas vastes pour m'observer. Ma gueule ne revient pas à grand monde. Je parais trop maigre, trop pâle, trop louche. Mais je m'en fiche, encore une fois. Combien de fois vais-je sortir cette phrase ? Ah. Dans tous les cas, j'imagine que la silhouette non loin de moi va au bout d'un moment s'arrêter de faire ça. On se lasse vite d'une observation non ? En général, en tout cas. Mais au bout de quelques minutes, ou enfin la chanson dans mon oreille arrivait à terme.. Je constatais avec aisance, que non. Qui que ce soit il avait pas arrêté, et là je remontais un peu m'intéresser. M'intéresser.. Autant le dire ce qu'il en est, c'est moi qui avait envie d'exister.

Mais comme si le hasard était là - Ce qui semble être le cas - la voix d'un garçon me parvint enfin à peine redressais-je le menton . Puis.. Cette phrase que j'aurai jugé bateau, m'arrachant un haussement de sourcil que je ne cherche pas à cacher. Quoi ? Voilà ce que j'aurai dit, si mes lèvres avaient bien voulues déchiffrer ce mot. Et là, d'un mouvement lasse je retire l'écouteur pour daigner.. Répondre silencieusement à le demande de ce qui parait soudainement être un gosse à mes yeux. Un visage enfantin, une tignasse rousse colorée.. Ce détail aurait pu m'amuser, mais bon. Il n'y a plus grand chose qui m'attraie, et je peux constater.. Que ouais. Ouais, cet enfant me dit quelque chose à présent. Peut-être l'ai-je croisé dans une de ses rues ? Car en journée, j'en doute. De toute façon, c'est à se demander comment il peut me dire quelque chose. Ma mémoire sélective ne me fait pas défaut, si je m'en souviens.. C'est qu'il y a une raison à ça. Et soupirant, je me détache de mon bout de mur pour m'asseoir un peu mieux et ne plus passer pour une loque vivante.

Un ex-client ? Non. Une personne qui m'a ennuyée ? Il en a pas le minois. Une connaissance lointaine ? Oh.

« Ah mais.. Carrément. »

D'accord, je n'ai aucune idée de pourquoi j'ai sortis ça. Ou du moins, je crois qu'une bribe de souvenir me parviens.. Et que oui, je sais qui il est. En faite non, je le sais pas. Mais son visage au moins je le connais.

« T'es le gamin que j'ai ramassé dans la rue et que j'ai trimballé jusqu'à l'hôpital, ça va de soi. »

Eh bien oui, ça coule de source quoi. Hum. Bon, c'est pas que ça me fait sourire un peu mais.. Si. En faite c'est pas un sourire, c'est juste la commissure de mes lèvres qui bouge quand je m'en rappelle. Si j'arrive à me remémorer ça, c'est car mes yeux ce soir là n'avaient avortés aucuns détails. Que ce soit de ce roux du quel on profitait, à son corps étendu au sol une fois que c'était terminé. Sa peau blanchissant sous le froid de l'hiver, et moi qui suis passé accoté. Au début, j'ai voulu me barrer. Mais non, je lui ai jeté un coup d'œil lorsque je le contournais, puis je me suis arrêté. Il me rappelait quelqu'un que je connaissais bien. Et j'ai pas pu m'empêcher de lui tendre la main. Car je savais que si je le laissais là, avec la saison il finirait par n'être plus qu'un cadavre blême qu'on ramasserait dans la rue le lendemain. Je savais ce que c'était, de souffrir à ce point. Et quelle ironie du sort, à présent je me trouvais en face de lui.. A me demander soudainement, s'il s'était sauvé de cette vie.

« Quoi de nouveau dans le quartier des enfers ? »

Ouais, j'étais pas gêné d'insinuer ça. J'étais pas gêné d'en parler surtout, et pas préoccupé de si ça pouvait déranger ou pas le pas-si-inconnu que ça en face de moi. Enfin, c'était au moins ça il respirait encore celui là. La plus part n'ont pas cette chance, tu parles d'une chance. Et là je regardais l'heure au dessus de nous, constatant que j'avais encore pas mal de temps à tirer. Bon, autant s'informer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


« Contenu sponsorisé »





MessageSujet: Re: ✜ The last December. [ Pv : Yoshida Masashi ]

Revenir en haut Aller en bas

✜ The last December. [ Pv : Yoshida Masashi ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Midnight Ikebukuro :: # AFTER GAME. :: Don't say goodbye :: Rps abandonnés-